Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Résultat de recherche d'images pour "home picture"

I.4. Le protocole d'enregistrement 
Cette section présente le protocole d'enregistrement du TDI V3.0
 
I.4.1. Définitions et critères d'inclusion
L'enregistrement TDI concerne tous les épisodes de traitements entamés dans un centre de traitement par une personne pour des problèmes liés à sa consommation de drogue ou d'alcool.
Cette définition va être précisée par la suite en s'intéressant de plus à près aux termes suivants :
·         Traitement
·         Episode de traitement
·         Centre de traitement
·         Substance
 
Le but de cette définition est d'identifier avec fiabilité les épisodes de traitement entamés par des personnes ayant des problèmes liés à leur consommation de drogue ou d’alcool, et évaluer leurs problèmes, habitudes de consommation, santé et risques sociaux, afin d’utiliser ces informations comme un indicateur des modèles et des tendances en matière de consommation de drogue ou d’alcool. Le but du TDI est avant tout épidémiologique.
En outre il vise toute personne quel que soit son sexe, son âge ou sa nationalité tant que cette personne est traitée en Belgique.

information.pngQu'entend-t-on par traitement ?
Un traitement en matière de drogue ou d’alcool est défini comme une ou des activité(s) visant directement les personnes ayant des problèmes de consommation de drogue ou d’alcool et dont le but est d’obtenir des résultats en termes d’atténuation et/ou d’élimination de ces problèmes. Ces activités sont menées par des professionnels expérimentés ou accrédités, dans le cadre d’une pratique reconnue d’assistance médicale, psychologique ou sociale.
Cette définition est plutôt large, afin d’inclure tous types de traitement pour personnes souffrant de problèmes liés à la consommation de drogue ou d’alcool.
inclus.png Sont inclus dans cette définition :
·         Les interventions dont le but premier est la désintoxication ou l’abstinence
·         Les traitement de substitution
·         Les programmes spécialisés/structurés à plus long terme et relatifs à la drogue ou à l’alcool
·         Les interventions organisées dans le cadre de programmes planifiés et visant à réduire les risques liés à la consommation problématique d’alcool ou de drogue
·         La psychothérapie ou le conseil
·         Les traitements structurés possédant une importante composante sociale
·         Les traitements assistés médicalement
·         Les interventions non médicales faisant partie de programmes planifiés
·         Les traitements spécifiques dans des prisons à l’intention des consommateurs de drogue ou d’alcool

noninclus.png
Sont exclus de cette définition :
·         Les interventions sporadiques ne faisant pas partie d’un programme planifié (par exemple traitement des conséquences somatiques dues à la consommation de substances, comme des overdoses, des infections, etc.)
·         Les contacts dans lesquels la consommation de drogue/alcool n’est pas la principale raison de demande d’aide
·         Les contacts avec des services généraux impliquant des demandes d’assistance sociale uniquement
·         Les contacts uniquement par téléphone, courrier ou Internet
·         Les contacts uniquement avec la famille ou d’autres personnes et qui n’est pas le consommateur lui-même
·         Les emprisonnements en soi
·         Les services fournissant uniquement des échanges de seringues
·         Les services offerts par les organisations de travailleurs de rue
·         Les services offerts par les groupes d’entraide par les pairs
 
information.png
Qu'entend-t-on par épisode de traitement?
Un épisode de traitement est défini comme la période entre le début du traitement pour un problème de consommation de drogue ou d’alcool et la fin des activités. Le début du traitement est considéré comme le moment du premier contact formel en face à face entre la personne et le professionnel. Durant ce contact, il doit en principe être possible d’identifier la personne et d’évaluer ses caractéristiques et besoins liés à son problème de consommation de drogue ou d’alcool. En soins résidentiels, un épisode de traitement commence lorsque la personne est admise ou réadmise de façon imprévisible (généralement pour rechute) dans le centre. En soins ambulatoires, un épisode de traitement commence quand une personne qui n’a pas été vue pendant 6 mois se présente à nouveau pour un traitement.
L’épisode de traitement est considéré comme terminé soit lorsqu’il y a une clôture formelle (convenue ou pas) ou lorsque la personne ne se présente plus au centre ou décède. En soins résidentiels, un épisode de traitement se termine lorsque la personne quitte le centre. En soins ambulatoires, un épisode de traitement prend fin quand la personne ne se présente pas pendant 6 mois dans le centre.
inclus.pngSont inclus dans cette définition :
·         Toutes les activités/procédures proposées à un client pour régler le problème de consommation de drogue ou d’alcool qui a provoqué son entrée dans le traitement, pour autant qu’elles soient réalisées de manière organisée/planifiée. Ces activités peuvent avoir lieu sur une longue période et dans les mêmes locaux ou dans des locaux différents. Elles peuvent suivre un plan établi au départ ou être modifiées en fonction des besoins et de l’évolution du client.
noninclus.pngSont exclus de cette définition :
·         Une seule activité menée dans le cadre d’un ensemble d’interventions planifiées/organisées n’est pas considérée comme un épisode de traitement
·         Les contacts se déroulant à un stade ultérieur du traitement (généralement après le troisième contact ou au-delà) entre les professionnels et la personne.
·         Un épisode de traitement n’est pas terminé quand une personne passe d’un centre/programme à un autre en cours de traitement parce qu’elle y est renvoyée dans le cadre du même épisode de traitement (on parle parfois de « soins partagés »).
 
information.pngQu'entend-t-on par centre de traitement?  
Un centre de traitement est chaque centre qui fournit un traitement en matière de drogue ou d’alcool, comme défini ci-dessus, aux personnes avec des problèmes de consommation de drogue ou d’alcool. Les centres de traitement peuvent être des centres spécialisés, axés sur le traitement des consommateurs de drogue ou d’alcool, ou inclus dans des établissements de plus grande envergure s’adressant à différents groupes (par ex. centres de santé mentale, etc.). Ils peuvent aussi se trouver dans des établissements médicaux ou non médicaux, liés à une autorité ou non, publics ou privés.
inclus.pngSont inclus dans cette définition
·         Les services ambulatoires tels que centres de traitement où les personnes sont traitées en journée et ne restent pas la nuit. Ces établissements comprennent les centres/cliniques publics ou privés pouvant ouvrir le soir, mais pas la nuit.
·         Les services résidentiels tels que centres de traitement où les clients peuvent passer la nuit. Ils comprennent les communautés thérapeutiques, les cliniques privées, les unités d’un hôpital ou les centres offrant des services résidentiels.
·         Les unités de traitement en prison : services qui proposent des services spécifiques aux détenus souffrant de problèmes de consommation de drogue ou d’alcool. Ils comprennent notamment des unités spécialisées dans le traitement en matière de drogue ou d’alcool, possédant un espace physique dédié dans la prison et des professionnels (externes ou internes à la prison) qui proposent un ensemble d’interventions visant à traiter ou réduire les problèmes de drogue ou d’alcool des consommateurs en prison.
·         Les médecins généralistes : médecins qui soignent des maladies aiguës et chroniques et proposent des soins préventifs et des informations sur la santé. Ils peuvent soigner des personnes pour leurs problèmes de consommation d’alcool ou de drogue, parfois en association avec des services ambulatoires ou résidentiels, et certains d’entre eux peuvent posséder une formation spécifique sur le traitement des consommateurs d’alcool ou de drogue.
·         Les agences à bas seuil : centres de traitement visant à prévenir et réduire les problèmes de santé liés à la dépendance à l’alcool ou à la drogue, en particulier l’incidence des infections virales transmissibles par le sang et des overdoses, et à encourager les personnes consommant de façon active de l’alcool ou de la drogue à s’adresser à des services sociaux et de soins de santé.
 noninclus.pngSont exclus de cette définition
·         Tout autre type de centre de traitement qui n’est pas impliqué dans le traitement en matière de drogue ou d’alcool tel que défini ci-dessus
·         Les centres visant uniquement la diffusion d’informations
·         Les centres uniquement concernés par l’échange d’aiguilles/seringues
·         Les interventions sporadiques auprès des personnes consommatrices d’alcool ou de drogue en prison (par ex. information, fourniture et échange d’aiguilles uniquement, etc.), telles que définies dans les critères d’exclusion du traitement en matière de drogue
·         Les services des urgences des hôpitaux
·         Les centres généraux d’aide sociale, ne visant la consommation de drogue ou d’alcool

 information.pngQu'entend-t-on par substance principale et problématique ?
La substance principale est définie comme la substance responsable de la plupart des problèmes chez la personne au début du traitement. C’est la plupart du temps basé sur la demande introduite par la personne et/ou sur le diagnostic posé par un thérapeute, à l’aide des instruments standard internationaux ou d’une évaluation clinique. Cet élément est primordial et doit être renseigné pour chaque personne. Si aucune substance principale ne peut être identifiée dans le cas d’une personne consommant plusieurs substances (polyconsommateur de drogues), cela doit être indiqué et toutes les substances à la base du problème doivent être énumérées. Mais, même dans le cas d’une polyconsommation de substances, il est toujours préférable de mentionner une substance principale.
Les substances problématiques sont toutes les substances utilisées en plus de la substance principale qui causent des problèmes à la personne. Si une ou plusieurs substances sont indiquées en plus de la substance principale, cela implique automatiquement que la personne est confrontée à un problème de polyconsommation de drogues.
 
inclus.pngSont inclus dans cette définition
·         La substance principale est la substance conduisant aux problèmes les plus graves (santé, troubles mentaux, problèmes sociaux, etc.) pour la personne
·         La substance principale est la principale raison pour laquelle la personne a entamé son traitement
·         La substance principale peut être toute substance utilisée erronément par le client, et pas dans le cadre d’une prescription médicale
·         La substance principale est toute substance figurant dans la liste des substances suivantes:
Opiacés : héroïne, méthadone détournée, buprénorphine détournée, fentanyl détourné, autres opiacés 
Cocaïne : cocaïne en poudre (HCI), crack, autre forme de cocaïne
Stimulants autres que la cocaïne : amphétamines, méthamphétamines, MDMA et dérivés, cathinones synthétiques, autres stimulants
Somnifères et sédatifs : barbituriques détournés, benzodiazépines détournées, GHB/GBL, autres somnifères et sédatifs)
Hallucinogènes : LSD, kétamine, autres hallucinogènes
Produits volatiles à inhaler
Cannabis : marijuana, hachisch, autre type de cannabis
Alcool 
noninclus.pngSont exclus de cette définition :
·         Le tabac
·         Tous les médicaments psychoactifs utilisés exclusivement dans le cadre d’un traitement médical et sur prescription médicale, et conformément aux bonnes pratiques médicales.
 

<-- Home